F
Cliquez pour voir la bande annonce
J'ai perdu mon corps
France | 2019 | 01h21 | Animation
Réalisation : Jérémy Clapin
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
A Paris, Naoufel tombe amoureux de Gabrielle. Un peu plus loin dans la ville, une main coupée s’échappe d’un labo, bien décidée à retrouver son corps. S’engage alors une cavale vertigineuse à travers la ville, semée d’embûches et des souvenirs de sa vie jusqu’au terrible accident. Naoufel, la main, Gabrielle, tous trois retrouveront, d’une façon poétique et inattendue, le fil de leur histoire...
Grand Prix de la Semaine Internationale de la critique Festival de Cannes 2019.
Cristal du meilleur long-métrage et Prix du public au Festival du film d'animation d'Annecy 2019.

Cadrages savants et poursuites frénétiques au ras du sol dans les rues de Paris alternent avec des moments de pur onirisme ou d’une grande douceur, sur la solitude et le passage à la maturité. Une fois de plus, on oublie la technique pour saluer la naissance d’un cinéaste de talent.

Gilles Ciment, Positif

Il faut peu de temps pour percevoir l’originalité prometteuse de J’ai perdu mon corps, et à peine plus pour comprendre que le premier long métrage de Jérémy Clapin ouvre une voie passionnante.

Florence Maillard, Cahiers du Cinéma

Cette complexité du récit et des situations est rendue limpide par la beauté que Jérémy Clapin donne à des paysages généralement peu propices à l’émotion. Les palettes (celle des séquences consacrées à la main n’est pas celle des flashback) sont économes, mais l’élégance des compositions et du trait, et la musique de Dan Levy leur confèrent une ampleur inattendue.

Thomas Sotinel, Le Monde

L'inventivité et l'audace formelle de ces séquences sont réjouissantes. Rarement film d'animation sera parvenu à nous tenir en haleine comme si nous étions devant le dernier "Mission : Impossible". Si la rotoscopie confère au film une impression de réalisme qui sert les séquences d'action, elle lui permet aussi de se doter d'une extraordinaire capacité à restituer les sensations.

Bruno Deruisseau, Les Inrockuptibles

Jérémie Clapin aborde précisément sa charpente narrative avec une minutie artisanale, qui contribue à éloigner encore un peu plus J'ai perdu mon corps du tout-venant de l'animation contemporaine, et à l'imposer au-delà de son format comme une oeuvre essentielle des années 2010.

Alexandre Poncet, Mad Movies
Association Gros Plan 
38, rue des Réguaires
29000 Quimper 
tél: 02 98 53 74 74 
Nous contacter
Plan d'accès

Adhérer à Gros Plan : 

télécharger le formulaire
NEWSLETTER
s'inscrire



KATORZA
38, boulevard Dupleix 
29000 Quimper 
Plan d'accès

Tarifs pour les adhérents Gros Plan
Tarif réduit : 5,80€
tarif applicable à un accompagnateur du titulaire de la carte pour les séances "Coup de coeur" et les séances "Gros Plan".
Tarif La Tête qui Tourne : 4€